Archive | avril 2014

A long long time ago…and its translation.

 

 

You made me laugh so heartily

I couldn’t help sharing with you

You made me feel so intensely

I couldn’t help  staying by you

You made me alive so keenly

I couldn’t help going along with you

 

                              Then I
believed

                              our souls
were but one

                              following
the same way

                              along a
demanding path

                              in search
of the absolute

 

                              Then I
believed

                              no words
were needed

                              in this
spiritual journey

                              a devouring
quest

 

                               
                                      It was a splendid stardust

                               
                                      Life never offers

                               
                                      such a dream

 

 

Denise Doderisse 

 

 

Tu m’avais fait rire de si bon coeur

que je ne pouvais m’empêcher

de tout partager avec toi

Tu m’avais ouvert la voie vers de telles émotions

que je ne pouvais m’empêcher

de rester près de toi

Tu m’avais fait vivre si intensément

que je ne pouvais m’empêcher

de te suivre sur le parcours de la vie 

 

Alors je croyais que nos âmes n’étaient qu’une

suivant le même chemin

le long d’un sentier exigeant

à la recherche de l’absolu

 

                       
                                                    Alors je
croyais

                                    
                                                       
         que les mots étaient inutiles

                                    
                                                       
  dans ce voyage spirituel

                       
                                                     
 quête dévorante

 

 

Ce n’était que poussière d’étoiles

La vie n’offre 

jamais un tel rêve

 

Denise Doderisse

 

Il était une fois la révolution…

 

« Certaines nostalgies remontent à la surface sans prévenir. Les êtres changent de nature, comme dans les contes.  »

de Yasmina Reza 

Extrait de Heureux les
heureux 

Oh ! Souvenir du passé

de ces jours

où les joies s’effeuillaient

comme roses au vent

tournoyant lentement

si doucement dans le vent

bonheurs enfuis

plaisirs brûlés

 

oh! Nostalgie du passé

des chemins 

éperdument suivisrésonnant de nos rires

miroir de notre amour

chemins brouillés

flous effacés

 

Caresses de mémoire

délicates

ardemment recherchées  

respirer ces douceurs

Oublier un présent

en vert-de-gris

frac crève-coeur 

 

 

Denise Doderisse

 

 

Musique du film ” Il Etait Une Fois La Révolution ” ( A Fistful Of Dynamite )

Sur YouTube à partir de 34:52 ( John-John )

Un très beau com’-poème…

Je ne peux faire autrement que publier ce si bel écho au poème ” Il n’y a plus rien entre mes dix doigts ” que j’ai posté.

 

 

 

Il n’y a plus rien entre mes dix doigts

Que le souffle ténu de nos doux tête à tête

De nos regards perdus à s’épouser le soir

Souvenir impalpables enracinés au coeur 

Le passé, le présent enlaçant le futur

Il n’y a plus rien entre mes dix doigts

Juste la mémoire  de  nos accords argent

 

Ecrit par Martine M Richard c’est ICI  http://martinemrichard.fr/blog/

Samuel

Avec un peu de retard, voici mon SAMUEL…pour M’dame JB…et les autres !

 

Si tu savais mon doux

ange sans ailes

mon sauveur bien-aimé 

unique et foisonnant d’empathie

en un instant je t’ai abandonné 

largué…Pourquoi ? Toi seul le sait !

 

 

Denise Doderisse

Il n’y a plus rien entre mes dix doigts…

 

 

 Il n’y a plus rien
entre mes dix doigts

Les chants de printemps heureux et troublants

se sont égrenés sans faire de bruit

Le silence seul par sa mélodie

douce et infinie ravive les traces

d’un tendre passé longtemps oublié

 

 

Il n’y a plus rien entre mes dix doigts

Mais quand le passé se prend à rêver

le long de mes doigts glissent les couleurs

d’un rare arc-en-ciel clair et lumineux

fourmillant d’empreintes en mémoire vives

éclairant la vie et le quotidien

 

 

Alors le jour où entre mes dix doigts

présent et passé ne glisseront plus

et que le futur vite s’estompera

ce sera le signe du dernier départ.

 

 

Denise Doderisse

 * Premier vers en italique de Pierre Reverdy

 

 

 

 

Bon ” conseil aux amants ” d’aujourd’hui….

Etant donné la forme d’esprit de la société actuelle, Victor Hugo a été ma muse pour cette  ” fable” !

 

 


 

Un gai lutin pêcheur, né en Poméranie,

était amoureux d’une sirène épanouie.

L’envie d’apercevoir cette tendre beauté,

dans l’eau bleutée dont elle aimait tant se parer,

ne fit que croître, enfler et se développer.

Un jour d’été, le lutin met sa veste dorée,

se présente à l’huis clos de sa reine – sirène.

L’attente étant fort longue, il sortit à grand’peine

ses instruments de pêche et lança ses filets

d’un ample geste – pas celui d’un freluquet !

Or la sirène avait une seule fillette 

qui plongeait, sous les eaux faisait des galipettes.

Sa mère étant sortie, elle glanait des galets, 

– colliers du fond du lac…Mais soudain le filet

l’habilla ! Vivement le lutin le hissa,

le releva avec réelle maestria,

le cœur plein d’espoir de voir – c’était une aubaine –

la reine de ses nuits, sa sirène hautaine. 

Il n’en vit que le délicieux fruit frétillant

Mais… point abouti… et qui navrait ses tympans.

Quand la sirène se manifesta : Horreur !

Plus d’enfant ! Elle avisa le petit pêcheur,

son filet sous le bras : ” Votre sacrée gamine…”

mais il n’eut pas le temps de terminer  sa ligne

car la mère annonça sans circonlocutions :

” Sirènophile abject ! Dévoreur d’embryons ! “

l’assomma de grands coups de queue fort élégants

puis ouvrit le filet et reprit son enfant.

 

Il n’est pas très malin en ces temps non bénis

De s’occuper par trop du rejeton d’autrui.

 

 

Denise Doderisse