Archives

Propositions complétives.

 

Propositions complétives

 

Qui a rejeté la coupe de silence nous importune avec une fontaine de mots rouillés.

 

On n’en finit pas d’être un balayeur de poussières de mots devant la porte de sa mémoire.

 

L’enseignement de la drosophile n’est pas pour l’homme.

 

La jeunesse, c’est comme la musique du désert.

 

La comédie des courants d’air , n’allez pas la jouer aux quatre vents.

 

Ce n’est pas au chasseur à crier  » Attention au chasseur ! « 

 

Denise Doderisse.

*les mots en italique ont été donnés.

« Qui s’y frotte s’y pique « 

Qui s’y frotte s’y pique 

Un bourdon gros et rond,
à l’esprit
vagabond,
se posa sur un hérisson
comme sur un molleton,
s’en prit plein le bidon,
en fit un roman-feuilleton
qu’il ânonna sur tous les tons :
 » Je ne suis pas en béton, jarnicoton ! « 
 » Eh ! bouffon, répond le hérisson,
Moi, j’suis pas un édredon,
ni même un paillasson !
Joue plutôt à saute-hérisson
t’auras moins mal au bedon ! »

Le bourdon furibond ne fit qu’un bond,
et ce godichon ronchon,
qui confondait hérisson et boule de son,
ayant oublié la leçon,
se posa à califourchon
sur un chardon céladon !

Regardons pour de bon
l’endroit où nous nous posons
et retenons des Lorrains ce refrain bucolique :
 » Qui s’y frotte s’y pique. « 

 

Denise Doderisse