Archives

Holorimes…et sourire, grâce à Alphonse Allais.


Des vers holorimes ou olorimes sont des vers
entièrement homophones ; 
 c’est-à-dire que la rime est
constituée par la totalité du vers, et non pas seulement par une ou plusieurs syllabes identiques à la fin des vers comme dans la rime « classique ».( Wikipédia )


Par les Bois du Djinn, où s’entasse de l’effroi,

 Parle et bois du
gin !… ou cent tasses de lait froid.
 (Alphonse Allais)
 

 

 

 

HOLORIMES …ALLAIS SAIT !

 

 

 


Les trois veaux luminescents et sots rient seuls et tant beaux.

 L’étroit volume inné sans essor hisse
l’étambot.

 

Le rat cuisinier n’est pas fait pour se faire dévorer.

L’air a cuit, zinnia né parfait, pourceau d’fer des Vorés.

 


La girafe, cou coupé par un nuage, regarde défiler les étoiles…

L’hadji fait coucou, parrain nu : ah! j’regarde des fils et lésées toiles, heu…

 


Il est très difficile de créer des holorimes !

Illettré, dit Ficelde, créait des zoos : l’eau rit, meuh !

 

 

 

Deux nids, euh, D’eau de riz ssss…

Denise Doderisse