Archives

Le bel aujourd’hui

Le bel aujourd’hui

 

Le bel aujourd’hui s’est emparé de l’azur
Avec l’audace qui évince les nuées
Et suspend dirait-on la vie éberluée
Devant ce manège pareil à l’enclosure

Alors les oiseaux en tendre demi-mesure
Secouent l’audacieux de leurs chants enjoués
Et puis les cigales de leurs cris stridulés
le déchiquettent en font de la dentelure

Sa virginité brisée il reste pourtant
Ce vivace jour d’hui ô combien insouciant
Lui qui méconnaît les gageures de la vie

Il n’est que le présent dont il jouit ardemment
Et n’a pour la kyrielle des jours que mépris
Il reviendra demain en Phénix triomphant

 

Denise Doderisse

 

L’albatros

Pour répondre à Enriqueta et la Communauté des Croqueurs de Mots ( avec un brin de retard ). j’essaie de retracer L’ALBATROS de Charles Baudelaire.

 

Souvent pour s’amuser les hommes d’équipage

Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, 

Qui suivent, indolents compagnons de voyage,

Le navire glissant sur les gouffres amers

 

A peine les ont-ils déposés sur les planches

Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,

Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches,

Comme des avirons, traîner à côté d’eux.

 

Ce voyageur ailé comme il est gauche et veule.

Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid.

L’un  arrache son bec avec un brûle-gueule

L’autre mime en boîtant l’infirme qui volait.

 

Le poète est semblable au Prince des nuées 

Qui hante la tempête et se rit de l’archer.

Exilé sur le sol au milieu des huées, 

Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

 

Je n’ai pas trop de mérite car j’ai eu l’occasion de « chanter » ce poème il y a quelque temps mais j’avais de beaux restes!!!